•                               Prenez la vague déferlante BLIND SUNS

     

    On les avait quittés il y a deux ans, quasiment au milieu du guet.

    Révélés avec un premier album remarqué paru en 2014, le trio dream pop angevin avait publié deux ans plus tard un EP 5 titres qui venait confirmer tout le potentiel et les ambitions du groupe.

    Les Blind Suns multipliaient alors les apparitions scéniques, lors de festivals Outre-Atlantique notamment,  se bâtissant une très belle réputation de ce côté de l’océan tandis que leur cote chez nous montait inexorablement.

    Deux ans après cette période cruciale, Dorota (chanteuse), Romain (guitariste) et Jérémy (batteur) sont de retour avec un second album intitulé  Offshore, du nom du vent qui creuse les plus belles vagues.

    Un concept  illustré par une très jolie pochette (signée Benoit Aubert) sur laquelle on distingue la silhouette de la chanteuse faisant face à l’océan, planche de surf sous le bras, prête à prendre le large.

    Un programme alléchant lorsque l’on sait la capacité de cette formation à écrire des mélodies qui peuvent transporter l’auditeur.

    Produit par Charles Rowell, fondateur de la formation américaine Crocodiles (dont TBS raffolent), ce second opus a tout pour se transformer en carton (radiophonique notamment).

    Délaissant pour cette fois ses routines et ses vieilles obsessions (psychédélisme, surf music) le groupe angevin prend avec ce nouvel opus un virage pop spectaculaire.

    Plus clair, le son du trio gagne en luminosité et par voie de conséquence en pouvoir euphorisant.

    Après un «Alligators» en forme de clin d’œil à leurs collègues sauriens américains, « Boundaries » dévoile le nouveau son Blind Suns. Une pop à guitares plus épurée qu’à l’accoutumée  mais terriblement efficace.

    « Ride » premier extrait dévoilé il y a quelques semaines renoue quant à lui avec le style de l’Ep de 2016. Une pop ludique portée par des riffs à la Dick Cale et des harmonies vocales qui donnent envie d’enfourcher sa bécane pour partir loin.  

    « Brand New start » confirme ce désir du groupe de quitter les rives. Un titre épique qui n’est pas sans rappeler les productions des Killers ou de certains morceaux d’Editors.  

    « Texas Sky » est une parenthèse en forme de carte postale en provenance d’Austin (Texas), leur désormais seconde patrie. Catchy et bluesy. 

    Le riff new wave de « Hush » plonge l’auditeur dans une atmosphère délicieusement rétro et nostalgique.  Un titre à écouter de toute urgence pour les amateurs de pop eighties façon A-ha ou Alphaville. Nappes de synthé inside.

    Cette facette sensible du groupe s'exprime à nouveau à plein sur « Crystallized » sur lequel les guitares  jouent à nouveau les premiers rôles.  

    Avec le titre éponyme , nos angevins nous gratifient d’un superbe exercice façon Mazzy Star. De la dream pop  de belle facture parfaitement mise en valeur par la voix gracieuse de la chanteuse Dorota.

    L’album se clôt sur « Astral Fight », morceau folk acoustique joué live confirmant les influences américaines de TBS.

    Avec ce Offshore ambitieux à la qualité de production rare pour un album hexagonal, The Blind Suns prouve qu’il est capable d’allier prise de risque, personnalité et talent. Un cocktail de qualités utile pour réussir dans l'univers hautement concurrentiel de la musique.

    Dorota et ses deux acolytes semblent avoir pris la bonne vague, celle qui guide vers les sommets  en direction des plus grands espoirs de succès.

    A  une petite condition toutefois : que les requins (dont les ailerons menaçants affleurent sur la pochette) ne les croquent pas.

    Car rien n'est acquis. Jamais.

     

     

     

     

     

                             Prenez la vague déferlante THE BLIND SUNS

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •               

     

     

     

                   

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     


    votre commentaire
  •                  

     

           

               Bon week end !

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

       

           Il y a trois ans, la salle parisienne accueillait l'auteur de "Champagne" afin de célébrer avec lui ses 50 ans de          carrière.

           Hommage

     

     

     

       


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique