•                 

     

        Cette fois c'est la der.

        Daniel Johnston, un des artistes les plus inspirants de ces trente dernières années, icône de l'underground    (il était le chanteur ^préféré de Kurt Cobain) connu tout autant pour ses talents d'auteur- compositeur que     pour pour ses troubles mentaux a décidé d'arrêter la scène.

        Non sans un dernier au revoir cependant par le biais de cinq concerts événementiels dont celui d'hier soir       donné à Chicago (Illinois).      

        Une date émouvante marquée notamment par la présence de Jeff Tweedy, le chanteur de Wilco qui n'a           jamais caché son admiration pour le chanteur américain.

        Réunis sur scène, les deux artistes ont interprété un classique des scarabées, "You've Got To Hide Your         Love Away" paru sur l'album Help (1965).

        Une mélodie et un rythme entrainant.

        Bon dimanche (ensoleillé) 

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •                  

     

             Chacun se fera sa propre opinion.

         

     

     


    votre commentaire
  •              

     

     

     

     


    votre commentaire
  •                       BERTRAND CANTAT : l'éternel débat

     

    Cette première quinzaine d'octobre aura été marquée par un buzz et une polémique autour du come-back de l'ex chanteur de Noir Désir.

    Une première étincelle avait ravivé les passions via la publication dimanche dernier d'une nouvelle chanson du bordelais intitulé "L'Angleterre".

    Un morceau explicitement engagé avec lequel le rocker marquait son retour, imposant un ton frondeur et revendicatif auquel il ne nous avait plus habitués.

    Une initiative qui eut pour conséquence immédiate de déclencher  une première levée de critiques, certains reprochant au chanteur de vouloir donner des leçons, sa conduite personnelle ayant été très loin d'être exemplaire.

    Le buzz et l'affaire aurait pu s'arrêter là si un magazine n'avait pas eu une idée lumineuse. Mettre le rocker en une de son nouveau numéro. Je veux parler bien sur des Inrocks. 

    Sous -titrée "Cantat en son nom", cette couv a rapidement été qualifiée de scandaleuse et d'indécente par toute une partie de la scène médiatique, acteurs et réalisateurs en tête. 

    Au delà de ces réactions épidermiques, la présence médiatique de l'ex leader de Noir Désir dérange. 

    Réduit à un profil de meurtrier, Cantat fait désormais figure de paria. Persona non Grata. 

    Un statut peu enviable même s'il a assez peu à voir avec la question de la légalité mais beaucoup avec la moralité.

    Qu'on le veuille ou non, l'homme qui a tué l'actrice Marie Trintignant est devenu contre son gré un symbole, celui de la violence faite aux femmes. Un poids sans doute très lourd à porter pour l'auteur de "Tostaky" ou d"Un Jour en France".

    Pour ses détracteurs, Cantat est un homme violent, dangereux. Son acte le soir du drame, est jugé comme impardonnable et inqualifiable. le prix à payer étant de ne plus jamais avoir le droit d'apparaitre publiquement.

    Je dois confesser avoir eu pendant très longtemps un doute quant à ma position sur ce débat.

    Cantat condamné au silence à vie?

    Admiratif de l'artiste et de l'oeuvre réalisée avec son ancien groupe, j'ai été sans doute aveuglé, voir naïf recherchant au moment de son procès la moindre information qui aurait permis d'amoindrir la culpabilité et la responsabilité du chanteur.

    Je ne pouvais me résoudre à admettre que l'auteur du Vent nous portera ait été celui d''un acte aussi brutal et sauvage que celui que les médias décrivaient. .

    Les versions et les arguments de défense du clan Cantat s'opposant à celle de la famille de la défunte, corroboraient alors  mes doutes et venaient renforcer mes présomptions quant à une culpabilité moindre du chanteur. Si Cantat avait tué, c'était involontairement.

    Quatre années se sont écoulés entre cette date funeste et la libération sous conditions du chanteur en septembre 2007.

    Dès après sa sortie de prison, Cantat a fuit l'anonymat, reprenant son activité en multipliant les collaborations (ShakaPonk, Eiffel, Amadou & Mariam) à droite et à gauche.

    Une manière habile de se racheter une image via un fonctionnement au coup par coup. Sans faire de bruit. 

    La résurrection artistique avec Détroit était venue me conforter dans l'idée que le poète avait encore de belles choses à écrire. Ce disque intimiste et sobre (à l'image du premier single "Droit dans le soleil") publié avec discrétion me laissait penser à un come-back digne et discret de l'ex chanteur de Noir Dez.

    Un come-back salué par la critique et le public, demandeur de ce retour au premier plan.

    Hélas, une première décision allait entamer le crédit que votre serviteur accordait encore à Cantat. Celle consistant à vouloir remonter sur scène. Un choix malheureux, qui allait raviver les passions et renforcer l'idée que décidément, ce type n'est un salaud égocentrique et un pervers narcissique de première catégorie.

    Bertrand Cantat, tu n'es plus seulement ce leader écorché talentueux d'une des formations les plus importantes du rock français. Tes ex amis du groupe t'ayant désormais lâché, tu dois assumer seul (ou presque) le poids de ta culpabilité en te montrant irréprochable et si possible digne.

    Raté.

    La discrétion et l'anonymat ne seront jamais ta signature à toi l'auteur de mémorables coups d'éclats lors d'évènements tels que les Victoires de la Musique ou des concerts de ton ancien groupe.

    Bertrand tu éprouves encore ce goût de te faire remarquer, de provoquer.

    Tu t'ériges en Chevalier des temps modernes défenseur des opprimés là où la décence réclamerait la pudeur et le silence. A tout le moins une discrétion de circonstance.

    Une attitude si peu compréhensible et insupportable.

    Au fond, Bertrand, tu n'as pas tellement changé.

    Bertrand Cantat, tu es un salaud.  

     

    MBPR 

      

     

     

     


    votre commentaire
  •                        

     

    De passage dans notre Hexagone, l'ex Smiths en a profité pour interpréter un premier extrait de son nouvel   album Low in High School prévu pour le 17 novembre prochain.

    un titre intitulé "Spend the Day in Bed" dévoilé sur le plateau de l'émission "C'est à vous".

    Tout un programme :) 

    Enjoy!

      

                          

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique