•                 

     

     

     

     


    votre commentaire
  •               

          

     

            Strike, ça veut dire la grève en langue de Shakespeare !

     

     

     


    votre commentaire
  •                        Coup de coeur pour : PAMPLEMOUSSE                

     

    Non, vous n’êtes pas sur une des pages du site du ministère de la Santé qui vanterait les bienfaits de ce fruit pour l’organisme humain.

    Samedi dernier avait lieu dans ma ville d’Angers un concert à l'affiche alléchante réunissant LANE (le nouveau projet des ex Thugs) et un groupe répondant au patronyme de… Pamplemousse originaire de l’ile de la Réunion.

    Un drôle de paradoxe (le groupe parait les cultiver) pour une formation qui joue de l’indie rock (si je vous demande de me citer les premiers mots qui vous viennent à l’esprit à l’évocation de cet endroit du globe, les probabilités sont fortes qu’arrivent en premier:  soleil, palmiers, Piton volcanique voir Maloya pour les plus pointus mais sans doute pas rock indé).

    Prenez une grosse dose de grunge, mélangez-le à une pincée de Fugazi, ajoutez-y un soupçon de Girls Against Boys et de Pixies et vous obtiendrez ce joli agrume (au goût hardcore).

    Pamplemousse (j’ai du mal vraiment avec ce patronyme) fait de l’indie-rock comme en faisait à ses débuts Nirvana, Mudhoney voir Sonic Youth ou Fugazi. Des morceaux explosifs, une énergie palpable, des sonorités qui vous collent au mur, la recette de ce nouveau venu semble d’une imparable efficacité.

    Le chant puissant de Nicolas convoque les fantômes d’Henry Rollins (Black Flag) ou de Nirvana (celui de Bleach) tandis que la section rythmique portent en elle toute la culture indé US.

    Riffs de guitare explosifs, chant puissant , basse et batterie nirvanesque, la plupart des ingrédients du rock de cette époque dorée du rock indé sont présents dans le son de ces trois jeunes gens.

    Sur scène, Pamplemousse fait preuve d’une énergie brute et d’un dynamisme qui fait plaisir à voir et surtout à entendre.

    Le public de l’Espace Culturel de l’Université d’Angers composé en majorité d’étudiants et de quadras fans des Thugs adhère.

    Ce trio a déjà fait parler de lui en 2017 avec un premier disque.

    Paru l’année dernière, cet album sobrement intitulé Débuts est une petite tuerie.

    Neuf titres (pour la plupart d’une durée courte) reproduisant la rage dont les réunionnais font preuve en concert

    Il faut avoir écouté « Suffocating » , « Marabout » ou encore le géniale « Octopussy » pour se rendre compte que ce trio a tout compris.

    Si la voix est mixée très en arrière des instruments, le son d’ensemble du disque reproduit avec bonheur la démarche scénique du groupe.

    A l’évidence, les réunionnais ont pris un pied énorme à mettre en boite ces neuf morceaux de punk-rock à la sauce garage. Et nous avec. 

    Si certains titres peuvent afficher un léger manque de consistance, l’ensemble frappe par sa cohérence et sa maturité.

    Venu voir le nouveau groupe des frères Sourice, je suis reparti avec un goût d’agrume dans les conduits auditifs.

    Je n’en ai conservé aucune amertume.

    Pamplemousse, à consommer sans modération.

     

     

    PS : Prolifique, Pamplemousse est déjà à l'oeuvre de l'enregistrement du second album au studio Black Box d'Angers.

     

     

     

     


    votre commentaire
  •                  

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •                 

     

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires