• THE GOSSIP : l'avis de My Best Pop And Rock

     

    Une poignée d'albums au compteur, un style immédiatement reconnaissable, une chanteuse à forte personnalité, en quelques années The Gossip (la mauvaise langue en anglais) est devenu un des groupes phares de la scène indé et une formation dont on scrute sans cesse le moindre fait ou geste

    Révélé avec l'hymne Standing on the way of control, le groupe faisait son grand retour le mois dernier avec un nouvel opus (le quatrième de la série)  intitulé Music for men

    Le titre, la pochette (un rockeur androgyne percé de partout.. waow ça fait in), le nom du producteur (Rick rubin), la liste des indicateurs annonçant un plantage plutôt qu'une réussite était bien remplie avant même l'écoute de la moindre note

    Méfiez-vous des apparences ne cessais-je pourtant de me répéter à l'entame de ce nouvel opus du trio américain

    Cela commence plutôt bien d'ailleurs

    Dimestore Diamond fait même son petit effet : c'est gloomy, mid-tempo et on retrouve avec plaisir le son Gossip (ce mélange explosif de guitares alternatives et de chant soul)

    Heavy Cross est une petite bombe comme le groupe sait régulièrement en composer. Un tube

    8th wonder (meilleur titre de l'album) s'enchaîne parfaitement. rien à dire

    C'est du Gossip comme on l'aime, brut de décoffrage et explosif

    Love Long Distance est une espèce de morceau disco dansant avec ce qu'il faut d'énergie pop dedans pour faire passer le tout. Bien vu

    Pop goes the world marque un virage... on est vraiment passé du côté disco 100% avec la part belle laissée aux claviers plutôt qu'aux guitares

     Vertical Rythm est dans la lignée du titre d'ouverture : efficace

    Ce qualificatif est d'ailleurs celui qui résume le mieux mon ressenti à l'écoute de cet album

    Effiace mais dénué d'émotions qui vous filent la chair de poule

    Men in love creuse encore davantage le sillage disco dans lequel le groupe semble s'être engouffré avec cet album

    On a parfois l'impression d'entendre un groupe commercial tels ceux dont MTV raffole (on est pas très éloigné de Lady Gaga)

    Un peu à l'image du It's blitz des Yeah Yeah Yeahs,sur cet album les guitares ont été remisées au second plan au profit de rythmiques disco et de claviers omniprésents. Sauf qu'à la différence de David Sitek, Mister Rubin (grand gourou de l'industrie musicale et nouveau co-directeur de Columbia Records en charge de sauver l'industrie musicale... ceci explique peut être cela) s'est contenté de le rendre plus propre sans y ajouter de touche personnelle

    Du travail de pro (hélas)

    Au final ce disque me laisse une impression très mitigée : un bon début, quelques titres qui sortent du mot mais un ensemble trop lisse pour marquer mes tympans et me communiquer le besoin irrépressible de presser la touche "repeat"

    Chacun se fera son avis

    En attendant, je retourne écouter ça

     


     

    www.myspace.com/gossipband

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :