• REM : quand y'en a plus y'en a encore

    Si comme moi vous n'avez jamais eu la chance de voir le groupe d'Athens sur scène, il semblerait désormais que cela soit mission impossible.

    En effet, si l'on s'en tient aux propos tenus récemment par le bassiste Mike Mills ("Je suis triste car je ne jouerai plus jamais sur scène avec Pete et Michael"), il n'y a que très peu d'espoir de revoir le groupe à nouveau réuni sur une scène.

    Leur maison de disques,, la Warner Music n'a elle en revanche pas perdu de temps puisqu'elle vient dors et déjà d'annoncer la parution d'un (énième) best of du groupe le 14 novembre prochain.

    Au menu, quanrate-quatre titres (parmi les plus connus) et trois inédits qui seraient parait-il les derniers morceaux engendrés par le groupe d'Athens.

    C'est ce qui s'appelle râcler les fonds de tiroirs.

    Quand y'en a plus y'en a encore !

    Mais l'industrie du disque est en crise nous dit-on.

    Alors....








     

     

     
    Pour les fondus de musique (dont je suis), Internet ressemble bien souvent à un vaste océan aux profondeurs insondables.

    De ces abysses surgissent régulièrement des nouveaux talents qui sont comme autant de petits rayons de soleil qui viennent illuminer votre quotidien et apporter un vent de fraicheur..

    Oh Dear Vegas est un combo français formé en mai 2010 entre Paris et Caen et composé de Davy (guitare/chant) et Seb (basse).

    Un line-up aux dimensions réduites donc mais c’est sans doute pour permettre à ces deux jeunes gens d’exprimer au mieux leur créativité.

    Car dès que l'on pose une oreille attentive en direction des premiers titres de cette jeune formation, on se rend bien vite compte que ces gars-là possèdent un talent d’écriture certain doublé d'un sens de la mélodie qui fait mouche.

    « Lilith » leur premier single ne devrait à mon sens pas tarder à se faire entendre sur les ondes des telles que le Mouv ou Ouï FM.

    Bien que ça ne soit pas d’une originalité folle et que leur musique lorgne un peu trop du côté d’une émo à l'américaine (Green Day), ce groupe mérite qu’on lui donne sa chance.

    A tous ceux chez qui la simple prononciation de noms tels que Greenday, Placebo ou Nada Surf file systématiquement des boutons, je recommande de passer votre chemin.

    Pour  les autres, Oh Dear Vegas ça s'écoute.

    Plutôt pas mal même.

    Prochainement sur les ondes du Mouv.

    Je prends les paris.

     

    MBPR

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :