•                 

     

     

                 

     

                  Noël 2019 c'est fini

     

     

     


    votre commentaire
  •                    

     

               Joyeux Noël (en Beauté) !!!

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Jean-Baptiste

     

    C'est une histoire peu commune, de celle qui anime les soirées et meuble les conversations d'avant et après-repas.

    Je veux parler de celle d'un artiste atypique: Jean-Baptiste Guégan. 

    Né en 1983, Guégan est un chanteur-sosie (vocal) qui possède un don singulier, celui d'imiter presque à l'identique son idole Johnny Hallyday.

    Avec sa tessiture très similaire à celle du Taulier, Guégan sait reproduire l'organ de la rock star mieux que tous les Laurent Gerra et Nicolas Canteloup réunis. 

    Un talent unique qui a attiré les admirateurs de Johnny.

    Le second anniversaire de sa disparition venant de passer, les initiatives se multiplient afin d’honorer la mémoire du chanteur qui savait allumer le feu en toute circonstances. Concerts hommages, expositions, projets discographiques ponctuent cette fin d’année consacrée une fois encore à l’idole.

    Parmi ces rendez-vous il y a le premier album de Jean-Baptiste Guégan, sosie vocal de Johnny. 

    Un disque écrit et composé par Michel Mallory, ancien compagnon de route de l'idole et vieille connaissance de la scène variété hexagonale dont il a composé et écrit nombre de succès. 

    Ce musicien discret a été la clef de voute de tous les disques de l'interprète de l’ »Envie » de 1981 à 1989.

    Un vécu considérable lui conférant une légitimité indiscutable à l’instant de rendre hommage à la star disparue.

    D’autant que pour justifier l’existence du projet Guégan, Mallory a dans sa manche un atout de poids : une collection de chansons inédites que selon son auteur, Johnny n’aurait pas eu le temps d'enregistrer et devant figurer sur un ultime disque, un album de retour aux influences américaines de l’interprète du Pénitencier.

    C’est donc à Nashville dans le Tennessee, que Mallory et son compère ont mis en boite les 12 titres aux accents country/rock qui composent Puisque c’est écrit, le premier opus de Jean-Baptiste Guégan.

    Un album teinté de nostalgie qui concentre bon nombre de stéréotypes du rocker à la Johnny.

    Les thèmes évoqués ici sont ceux qui ont toujours jalonné la carrière de la star: Les blessures de l’enfance, la fureur de vivre, le goût de l’aventure, l’amour écorché... jusqu’au légendaire Square de la Trinité, lieu sanctifié et berceau de l’amitié entre Johnny et Eddy.

    Si Guégan joue avec talent et sincérité les rockers au coeur tendre, il ne peut cependant aucunement prétendre à la succession de son prestigieux modèle. 

    Certes possédant ce talent d'imitation de son idole, il n’en est qu'une simple doublure, un peu à l'image d'un personnage tiré d’une comédie de Francis Weber ou de Michel Hanavicius. 

    Si le disque n’est pas sans émouvoir (le fan), il peut également déranger.

    Comme l'énonçait le slogan d'une célèbre marque de boisson dans les eighties, cette collection de titres sortis de la guitare de Mallory ressemble à du Johnny, en possède son parfum mais n’est pas du Johnny.

    Malgré de louables efforts de la part de ses auteurs, cet opus qui figurera en bonne place au pied du sapin se révèle à l’écoute dispensable et finalement représentatif de notre époque, manquant parfois cruellement de saveur. 

     

    Jean-Baptiste

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •                    

     

     

     

     


    votre commentaire
  •                   

     

             Les new-yorkais seront de retour dès février 2020 avec un nouvel opus (le huitième).        

             En attendant, Matthew Caws et sa bande nous font cadeau d'un très joli premier extrait.

     

     

     

     

     


    votre commentaire