• PIXIES ne trompe pas son monde

                     PIXIES ne trompe pas son monde

     

     

    Faut-il encore présenter le groupe auteur de "Where is my mind" ce tube indé rendu célèbre par le film Fight Club ?

    Tout a sans doute été écrit à propos des Lutins de Boston (Michigan). 

    Formation séminale, combo avant-gardiste, quatuor visionnaire, les superlatifs se sont souvent succédés les uns aux autres à l’instant d’évoquer la trajectoire et l’œuvre du groupe de Franck Black.

    25 ans après leur séparation en 2003, les Pixies sont de nouveau parmi nous en cet automne avec un nouvel album intitulé Head Carrier.

    Pixies, c’est ce cocktail unique d’énergie, de rage et de talent mélodique associé à un sens de la dynamique que Kurt Cobain saura reprendre a son compte quelques années plus tard (pour le succès que l’on sait).

    Humainement, le groupe n'a que peu changé.

    Arrivé quatuor à la fin des années 80,  les farfadets le sont toujours en 2016.

    Seule manque à l’appel la bassiste historique Kim Deal, pierre angulaire de cette formation et musicienne d’exception (qui a quitté le navire au début des années 2000). Après un court intérim assuré par Kim Shattuck, c’est désormais  la bassiste argentine Paz Lenchantin qui assure le poste.

    Alors que vaut-il cet opus très scruté par la presse et les fans?

    Ca démarre plutôt bien avec le titre éponyme. 

    Pixies sonne rock, comme à la belle époque.

    “Classic Masher “ nous fait réaliser un bond vingt ans en arrière, à l’époque de Bossa Nova ou de Trompe le monde. Nostalgie...

    Le pétaradant "Ball’s back » confirme que Black Francis a retrouvé sa géniale inspiration tout autant que son sens du refrain rageur. Titanesque. 

    « Might as well be gone » qui suit est un titre au tempo médium qui rappelle les standards «Wave Of Mutilation" ou "Caribou".  Douceur et classe. 

    « Oona » enfonce le clou de ce cocktail si savoureux de riffs saturés et de mélodies beach-boysiennes (vous avez dit surf?).

    « Talent » est joué à deux mille à l’heure. Cela fait du bien.

    “Tenement Song” rappelle quant à lui l'ére Doolitlle, se rapprochant d’un « Monkey Gone to Heaven» ou d'un «Debaser », des titres devenus cultes avec le temps . 

    Un sentiment et une impression de déjà vu confirmée par "Bel Esprit" et son riff wherismydien. Respect.

    Sur « All i think about now » porté vocalement par Pz lenchantin,  la référence à cet hymne des Pixies est presque trop évidente malgré de superbes choeurs.

    Le tonitruant « Um Chagga Lagga », porté par un riff quasi-heavy renvoit aux orages mélodiques de Surfer Rosa ou de Come on Pilgrim. Gigantic. 

     « Plaster Of Paris » et sa superbe ligne mélodique ravira les fans de titres tels que "Dig on Fire" ou "Alec Eiffel".  

    Sur « All  the Saints » il ne manque plus que la délicieuse Kim Deal (dont le fantôme plane sur ce Head Carrier) pour que cette ballade atteigne son climax. Néanmoins maitrisé et émouvant.

    Nous voilà rendus au douzième titre et c'est la fin. Déjà. 

    En une douzaine de titre, la bande à Franck Black a démontré que même après une pause et un changement de line-up, il se passe toujours davantage de choses en trois minutes d’un morceau des Pixies qu'en un album de pourquoi pas Bloc Party.

    Espérons que ce sixième opus soit celui d'une nouvelle ère glorieuse pour ce flamboyant et légendaire groupe.

    Longue vie aux lutins de Boston!              

     

                        

     

     

     

                        

     

     

     

                                     PIXIES ne trompe pas son monde

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Alfredo
    Dimanche 30 Octobre 2016 à 17:53

    Longue vie à eux ! Et merci pour cette chronique d'un album injustement mésestimé par la moitié des critiques. À croire qu'à force d'attendre un nouveau Doolittle, ils n'entendent plus rien.

    2
    Lundi 31 Octobre 2016 à 09:54

    Merci ;-) 

    3
    Palomina
    Lundi 31 Octobre 2016 à 15:55

    Ce qui est bien avec les albums décriés c'est que rarement ils sont décriés pour de bonnes raisons, merci le public consommateur de nous éviter de perdre du temps avec vos fast food musicaux!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :