• MIOSSEC a encore des choses à dire

    L'air de rien cela fait presque quinze ans que l'ami brestois nous berce avec sa petite mélancolie ordinaire.

    Quinze années et huit albums dont ce Chansons ordinaires, intitulé ainsi en référence à l’écrivain George Perros, sa marrotte du moment.

    Cela devient une habitude, Miossec écrit généralement ses albums en réaction au précédent.

    C’est donc le jour et la nuit entre ce Chansons ordinaires et le disque précédent.

    Sur Finistériens (écrit et produit avec son comparse Yann Tiersen).le breton s’était un peu perdu dans un travail minutieux de studio qui lui avait fait perdre l’immédiateté de son écriture.

    Car finalement ce que l'on aime chez Miossec c’est lorsque que le bonhomme envoit la purée.

    Sur ce disque, peu d'orchestrations et le choix d'une formule compacte (le disque a été écrit à la suite d'une poignée de répétitions en compagnie de trois musiciens rennais).

    Chansons ordinaires est un disque cour qui fait la part belle aux ambiances rock

    Shoegaezing en arrière-fond sonore, batteries lourdes et guitares acérées, Miossec a troqué le velouté folk du début pour un style rock à la fois moderne et académique.

    Côté textes, ce neuvième opus est une bonne cuvée.

    Le brestois y retrouve son tranchant, cette manière qu’il a de décrire avec ce phrasé si particulier nos vies, nos peines, nos joies.

    Du Delerm version rock en somme.

    Et de la meme façon qu'il se l'était déjà permis sur Finistériens, Miossec s'autorise également des lyrics qui abordent l'actualité ("Chanson pour un fait d’hiver", "Chansons pleines de voix") souvent bien triste hélas.

    Ce Chansons ordinaires n’est pas le disque de l’année.

    Juste un bon disque de chanson rock.

    C'est déjà pas mal.

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :