• Les 20 ans de Tostaky

    Noir Désir désormais dissous, il ne se passe pourtant pas une semaine sans que le nom des sombres héros ne refassent surface et que le fantôme du combo bordelais ne plane à nouveau au-dessus de la scène rock d'ici.

    Tostaky a vingt ans. C'est la maison de disque Barclay qui le dit.

    Après le best-of, les coffret, voilà venu le temps des rééditions-anniversaire des albums du groupe.

    L'album charnière, celui qui a permis au groupe bordelais de devenir ce qu'il est par la suite devenu, est donc célébré comme le sont les disques cultes de Nirvana ou des Beatles.

    Tostaky est sans doute l'album phare de Noir Désir, celui qui marque un tournant dans la carrière du groupe en le faisant passer de statut de très bonne formation de rock à celui de groupe incontournable.

    Contraction de "Todo esta aqui" (slogan des révolutionnaires zapatistes), Tostaky est le Exile on Main Street de la bande à Cantat

     Au moment de sa sortie en décembre 1992, les albums de Noir Désir ne s'écoulent pas encore par centaines de milliers.

    Les fans de la première heure gardent alors le souvenir d'une formation née sur les cendres du post-punk, de sons new-wave (ceux des premeirs disques) , d'un chanteur charismatique et d'un groupe soudé, impressionnant sur scène.

    A l’instant de tendre l'oreille en direction des premières notes de ce disque, le public ne sait donc pas encore ce qui l'attend.

    Tout commence avec un riff foudroyant, un morceau boule de nerfs, le très speed "Here it comes slowly" magnifiquement interpreté par le guitariste Teyssot-gay dans lequel Cantat évoque (en anglais) la montée de l'extrêmisme en France. S'en suite "Ici paris", morceau plus posé, qui enfonce le clou de ce rock brut, sauvage au son intransigeant.

    Le son est dur, fort saturé. Fugazi (c'est Ted Niceley, l'ingénieur du son du groupe qui a produit l'album) et Sonic Youth sont passés par là.

    Le single "Tostaky" est le "Smells like teen spirit" de l'album, LE morceau qui va imposer le groupe de Cantat comme chef de file de la scène hexagonale.

    Le clip (le visage en gros plan de Cantat devant des images de mouvements populaires du monde entier) qui l’illustre est à l'avenant : il marque durablement les esprits .

    "Soyons désinvoltes, n'ayont l'air de rien", le mot d'ordre scandé par Cantat devient un cri de ralliement.

    On pogotte, on crie et on bouge ensemble au son de ce morceau au riff ravageur et de sa fin dantesque.

    Après Tostaky, plus rien ne sera comme avant pour Noir Désir dont chaque album sera maintenant précédé d'une attente à la hauteur de ce disque clé.

    Après la sortie de Tostaky, le groupe enchainera avec une tournée mémorable au cours de laquelle le combo bordelais n'aura de cesse de démontrer qu'il est véritablement intouchable sur scène.

    L'histoire était en marche.

    On sait ce qu'il est advenu depuis.

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :