• La victoire des Victoires ?

    Vendredi 14 dernier, jour des amoureux, la retransmission sur France 2 de la 29ème édition des Victoires de la Musique était sans aucun doute (Julien sors de ce corps) le choix idéal pour celles et ceux qui n’avaient pas de dîner au restaurant ni de soirée au coin du feu bloqués depuis plusieurs mois, ce afin d'éviter le cafard inhérent à ce type de situation.

    Pourtant, depuis plusieurs années, cet évènement traine derrière lui une réputation assez peu flatteuse :  « La pire soirée de l’année", « les défaites de la musique », « l’ennui musical », les quolibets et autres railleries n’ont jamais manqué pour moquer cette soirée dépeinte le plus souvent comme terriblement ennuyeuse.

    L’édition 2014 ne devait faire exception à la règle.

    Les casqués et de retour des Grammys  en triomphateurs, Daft Punk absents, le belge Stromae annoncé en grand vainqueur et Bertrand Cantat n’ayant jugé utile de faire le déplacement, cette cérémonie ne s’annonçait pas des plus animées.

    20h45, un PSG qui tarde à faire parler la poudre et me voilà en un clic au Zénith à l’heure pour le coup d’envoi.

    « Ta fête » un premier titre de Stromae, la star attendue de la soirée pour lancer la cérémonie puis la révélation Cécile Cassel (autrement dit Hollysiz) et son tube vintage « Come back to dance with me ». Le rythme est soutenu et le sera tout au long de ces trois heures.

    Il faut dire qu'une fois encore, le déroulement de cette cérémonie avait été revu par les organisateurs.

    Trois nominations (au lieu de quatre ) par catégorie, une seule victoire (la chanson de l'année) soumise au vote des téléspectateurs, les organisateurs (sans doute pas indifférent à cette réputation d’ennui des Victoires) avaient décidé" de mettre l'accent sur le rythme et de privilégier le live en lieu et place des bavardages habituels.

    Une animatrice (la sublime Virginie Guilhaume) en Maitresse Loyal de cette soirée qui n'en fait pas des tonnes (c’est toujours ça de pris et Nagui en moins) et qui laisse la parole aux artistes, ceux-ci eux-mêmes encouragés à faire court, des lancements raccourcis, les Victoires 2014 se voulaient cette fois un remède à l’ennui des éditions précédentes.

    Pari réussi, la soirée, plus courte, ayant débouché sur un show efficace, agréable, sans grand temps mort.

    Grand vainqueur, comme annoncé, le belge Stromae et notre Etienne Daho national en perdant magnifique.

    Mais l’essentiel était ailleurs. Cette soirée étant conçue comme le dit Christophe Palatre le nouveau président des Victoires de la Musique, avant tout comme un show musical (le second de l'année étant celui des Enfoirés) rassemblant les artistes plébiscités par les français au cours des douze mois précédents aura réconcilié

    (l'audience en hausse le prouve) les Victoires 2014 auront réconcilié la télévision avec les amateurs de musique live.

    C'est déjà bien, chacun ayant les siens pour ce qui est des véritables numéros uns de la musique populaire.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :