• La leçon de Pop d'A SINGER MUST DIE

                                     

     

    Ils sont mes chouchous du moment.

    A Singer Must Die est un sextet originaire du Val de Loire (leurs membres viennent de Nantes, Angers et Saumur) dont les chansons aériennes et les mélodies lumineuses enjolivent mes journées.

    Venus Parade, leur dernier album (pas encore dans les bacs) est un petit bijou d'orfèvrerie pop comme l'on n'en croise peu (surtout par ici) .

    Fondé en 2005 (d’abord sous la forme duo), c’est en 2007 que se produit le tournant décisif suite à un départ d'un des deux membres, le groupe se rénovant autour d’une formule à six têtes qui prend tournure défintive fin 2011.

    Désormais à six en studio comme sur scène, ASMD peut laisser libre cours à son imagination et à sa grande créativité.

    Résultat de cette débauche créative, un EP 7 titres intitulé Vénus Parade

    Sept titres qui sont comme autant d'odes à la déesse Amour (Venus).

    L'amour , éternel thème inspirant, abordé et traité sous toutes ses formes, parfois romantiques, parfois menacantes. 

    Un instrumental aux accents de western pour démarrer puis les choses sérieuses qui démarrent avec le superbe « Smoky Mourners » qui peut faire penser au Suede de « New Generation ».

    « Black Limo »  nous invite à un petit tour en limousine aux vitres fumées. Toutes guitares dehors et ces sons de cloche qui rappellent les atmosphères londoniennes.

    Changement d’ambiance avec les deux titres suivants : l'aérien« Still words » d'abord, dont l’atmosphère acoustique dandy évoque The Divine Comedy ou Morrissey et "A sordid tango » nous plonge dans une atmosphère cabaret qui rappelle tout autant Kurt Veil que le Bowie des débuts.  

    Une parenthèse ultra-pop qui marque les esprits.

    Retour à la pop (flamboyante) à guitares avec« Fell Foot Wood » un morceau dont le refrain catchy évoquant Editors ou Girls in Hawaï.

    « By the dawn of the Monday » clôt magnifiquement ce premier mini-album avec un titre à l'atmosphère baroque et féerique, le refrain lyrique à l'extrême nous entraînant dans un carrousel sonore dont ont pensait que seuls Arcade Fire (celui de Funeral) en avaient le secret.

    Avec cette collection de chansons audacieuses superbement arrangés, A Singer Must Die s'impose d'amblée avec ce mini-album comme un des grands espoirs pop d'ici et comme une des formations pop hexagonales les plus douées.

    A surveiller de près.  

    https://soundcloud.com/asingermustdie

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :