• J'ai vu DEPECHE MODE à Bilbao

     

    Jeudi 11 juillet 2013.

    Depuis plusieurs semaines, j'ai coché cette date sur mon calendrier.

    En apparence date anodine, elle correspond à ce qui pour moi est un véritable évènement : la retransmission en direct d'un concert de Depeche Mode, un des plus grands noms de la musique pop/rock et, accessoirement un des plus grands groupes du monde. 22h35, me voici donc, un peu en avance, au rendez-vous afin d'assister à ce qui s'annonce dors et déjà comme une véritable messe (noire).

    Assister depuis son fauteuil à un show de ces trois légendes (revenus au sommet cette année) de la new wave s'apparente à un luxe. Gentiment chauffé par Editors, le public basque est lui, déjà conquis.

    A mesure que que raisonnent les première notes de "Welcome to my world" (qui sonne l'arrivé sur scène des membres du groupe) on sait que c'est gagné d'avance pour DM.

    "Welcome" puis "Angels" le début du concert est identique aux autres dates de cette tournée entamée en mai dernier.

    Malgré un Dave Gahan aux traits tirés, l'ensemble tient fort bien la route et parait parfaitement rodé pour nous emmener vers des terres insoupçonnées.

    Il faut attendre les premières notes de "Walking in my shoes" (premier grand moment du concert) pour se retrouverenfin plongé dans cette atmosphère à la fois glaçante et quasi-oppresante que DM sait si bien créer.

    Car DM n'est pas un groupe comme les autres. Avec leur musique à la fois dark, complexe et limpide, ces anglais parviennent à captiver des foules entières et semblent même en mesure de prendre le contrôle de nos esprits de fans inconditionnels.

    "Precious" calme un peu le jeu puis, tout s'arrête brutalement. Crssssh... ça crachouille, ça débloque. Non je ne rêve pas, je suis en train d'assister en direct à ce qui est somme toute une scène tout ce qu'il y a de plus banal pour un groupe amateur mais qui a de quoi étonner lorsqu'il s'agit là d'un des plus grands combos au monde. Un vulgaire problème technique interrompt la prestation des anglais. Le public basque n'en croit pas ses yeux.

    Imperturbable, le Monsieur Loyal de la soirée Dave Gahan nous la joue zen et gère ce moment avec un calme et une maitrise rares. Passé ce petit incident, Depeche Mode reprend le fil de son concert en alternant les classiques ("Policy of truth", "Black celebration", "Barrel of a gun") que tout le monde connait avec des titres du dernier album.

    Il se dégage de ce groupe quelque chose d'unique, comme une sérenité, une tranquille assurance qui force le respect. Rien ne semble pouvoir leur arriver. Mention spéciale au batteur, le toujours fidèle Christian Eigner, qui fait étalage de toute sa science de la rythmique et des percussions. Les pauses musicales sont assurées par le compositeur Martin Gore, véritable homme à tout faire (guitares, chant, choeurs) de DM. Gahan et Gore, les deux piliers créatifs du groupe affichent d'ailleurs ce soir une complicité et une amitié évidentes.

    Après un "Enjoy the silence" impeccable et un "Personal Jesus" rallongé, le groupe s'éclipse puis revient le temps d'un premier rappel assuré par Martin Gore interprèant seul au mico le vibrant "Home".

    "Thank you to bring me there" chante Gore mais c'est à eux que j'ai envie de dire merci tant les anglais se montrent généreux ce soir.

    Car en plus d'offrir ce concert à leurs fans sur la Toile, DM sait se montrer reconnaissant à l'égard de leur fans et prendre du plaisir en savourant la communion qui s'est créé avec ceux depuis 22h45.

    Mais la foule basque en redemande et il est dit que DM ne quittera pas Bilbao sans s'être plié au sacro-saint exercice de fin de concert, l'enchainement de tubes que sont le remuant "Just can't get enough", le vibrant "I feel you" et l'incontournable "Never let me down" .

    Le public est en délire et moi je chante, chez moi, devant mon écran.

    Une très belle soirée.

     

    Depeche Mode Setlist Bilbao BBK Live 2013 2013, The Delta Machine Tour
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :