• Gros plan : YODELICE

     

    Ma découverte de ce groupe remonte à il y a deux ans à peine, suite à son passage dans l'émission One Shot Note.

    J'avais alors été frappé par le talent et la singularité de ce nouveau venu sur la planète pop/rock.

    Un look à part (un personnage tenant autant du Pierrot lunaire que du héros de Tim Burton)... et puis cette guitare en forme de tête de mort, un visuel qu'on retient à tout coup.

    Depuis lors, le bonhomme a fait son chemin et est parvenu à imposer et à se faire reconnaitre comme une des valeurs montantes de la scène pop/rock made in France (un réussite couronnée d'une victoire de la musique en 2009 pour le meilleur premier album)

    Des débuts impec donc pour l'ex Mr Jenifer.

    A peine l'album des débuts digéré, sort déjà la semaine prochaine le second opus : Cardioïd.

    Un an à peine pour composer un nouvel album, MBPR a tendance à trouver ça suspect et à se dire que la qualité va forcément s'en ressentir.

    Errarum.

    Ca claque d'entrée vec "Breathe" un titre qui annonce la couleur (sombre) de cettte galette et des arrangements de cordes évoquant le "No quarter" de Led Zeppelin. Impressionnant.

    "More than meets the eyes" est du Yodelice tel qu'on le connait désormais, le "Sunday with a flu" de ce disque. Efficace.

    "Lady in black" a des accents de Syd matters (que Nucci doit adorer)

    "My blood is burning" évoque quant à lui plutôt les Kinks ou les années 70.

    Vient "Experience", un morceau plutôt expérimental justement commence tout doucement au piano (Radiohead n'est pas loin) avant de s'achever par un final à la Calexico grandiose.

    Nucci a le don de nous émerveiller avec une très jolie ballade folk "Five thousand nights" en tandem avec Marion Cotillard. Mimi comme tout.. un duo que n'aurait certainement renié les tourtereaux de Cocoon.

    Sur ce nouvel album ambitieux, le troubadour Nucci démontre sa volonté d'explorer de nouveaux territoires et de sortir du carcan folk dans lequel on l'a trop vite (et trop tôt) enfermé pour s'orienter vers un style beaucoup plus tourné vers le rock voir même le rock progressif.

    Ca manque sans doute parfois de personnalité, mais quel pied d'écouter un artiste aussi novice dans le métier pour parvenir à séduire un public jeune avec une musique bien foutue, intelligente (bien que très référencée) et uniquee.

    Après un "Wake me up" bluesy en diable, nous voilà arrivé au bout de cet album (dix titres c'est court) pour conclure avec deux titres très calmes (dont le dernier qui évoquaé Pink Floyd) refermant en beauté ce voyage au pays de Spookieland.

    Un come-back réussi donc pour Yodelice et Maxim Nucci, qui démontre qu'il est désormais un nom à suivre (et qu'il faut mettre de côté tous les préjugés le concernant).

     

     


  • Commentaires

    1
    Jenny
    Vendredi 22 Octobre 2010 à 15:29
    yodelice
    joli papier! :)... qui donne vraiment envie de se pencher un peu plus sur l'artiste... :) A bientôt MBPR ...
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    souris modest
    Vendredi 29 Octobre 2010 à 18:02
    un délice
    bon j'ai mis tout mes à-priori de côté en sachant qui se cachait derrière Yodélice et j'ai écouté le cd.Je ne le regrette pas du tout,j'aime beaucoup,il y a vraiment de très bons morceaux.c'est une excellente surprise cet album
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :