• Gros plan : TWO DOOR CINEMA CLUB

    Il est des albums dont on attend monts et merveilles. On les insère dans notre lecteur préféré avec en notre fort intérieur, la conviction qu’il va se passer quelque chose de spécialn, d'unique. Ce sont les disques de Radiohead, Arcade Fire etc.

    Et puis, il y a une catégorie inférieure composée d’albums de qualité intermédaire (de moyens à bons) qu’on écoute sans une motivation hors du commun mais sans déplaisir non plus.

    Les albums de Two Door Cinema Club sont un peu comme ça,de ces opus qui en apparence ne payent pas de mine mais qui l'air de rien, reviennent souvent sur notre platine... un peu comme lorsque, sans conviction, dans un nouveau restaurant, on opte pour le plat habituel en se disant que même si la cuisine n’est pas bonne au moins on n'aura pas à remettre en question notre choix.

    Les jeunes gens de TDCC n’ont pas attendu d’avoir de la bouteille ni plusieurs albums au compteur pour atteindre un niveau colossal de popularité.

    Dès la sortie de leur premier opus Tourist history, ce fut jackpot et gros lot réunis pour ce trio irlandais (du nord) juvénile originaire de Belfast.

    Au moment de publier leur second opus, le défi consistant à surprendre à nouveau était donc plutôt grand.

    Les TDCC s’en sortent pourtant largement avec les honneurs.

    Sans toucher à leur formule pop à guitares dansante qui a fait leur renommée, les irlandais publient ici un résultat quasi-identique au précédent.

    Les refrains romantico-sucrés chantés par le rouquin à la houpette Alex Trimble et les rythmes discoïdes font à nouveau mouche.  

    Difficile de ne pas remuerr la tête ou de ne pas taper du pied à l’écoute des «  Sun », « Sleep alone » ou encore de « The world is watching » qui évoque de loin les Bee Gees (ou Patrick Juvet, c’est selon).

    Ces onze titres d’indie pop ultra consituteront à n’en pas douter une brlle manne pour tous les illustrateurs sonores du monde entier.

    Mais déjà se pose la question de l’avenir.

    Car, comme beaucoup de formations de ce type, les TDCC ne feront sans doute pas long feu.

    Et sans un changement de cap (à l’occasion du prochain album par exemple) , le trio de Belfast pourrait bien voir leurs disques ne plus connaitre pareil succès populaire.

    Bon disque en attendant.

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :