• Gros plan : THE PIXIES

     

     

     

    Il est des noms qui parlent automatiquement à l'amateur de musique indépendante.

    Radiohead, Nirvana, Sonic Youth... Les lutins de Boston sont de cette catégorie-là.

    "Monkey gone to heaven", Wave of Mutilation" , "Here comes my man", "Caribou" "Debaser", ou bien le fameux et culte "Where is my mind", le groupe emmené par Charles Thompson Black a marqué la décennie grunge, celle qui a vu la comète Nirvana utiliser à merveille ses petits secrets pour rencontrer le triomphe que l'on sait.

    C'est pourtant davantage d'un succès critique que commercial qu'il s'agit concernant nos amis américains.

    The Pixies c'est en tout et pour tout cinq albums (dont un mini EP) qui s'écoulent de la fin des années quatre-vingt au début de la décennie suivante.

    Une trajectoire fulgurante accompagnée de légendaires engueulades entre son tyrannique leader Francis Black et les autres membres.

    Sans le caractère de cochon de son chanteur, les américains auraient sans doute connu un succès d'une ampleur plus conséquente.

    Hélas (ou pas) c'est le trio punk-rock de Seattle et le défunt Kurt qui récoltera les fruits de ce travail et de cette brêche ouverte dans le rock alors moribond de l'époque.

    Une première fois séparés en 1992, le groupe se reforme (c'est un évènement) en 2004. Black déclare alors : «La motivation est d'abord financière, mais on est aussi décidés à se décrisper. Pourquoi ne pas prendre du bon temps ?»

    Saint Francis.

    Tels des Rolling Stones de l'indie rock, le groupe américain ne peut cependant se faire à l'idée de jouer uniquement son vieux répertoire à un public qu'il sait exigeant. "Je dois m'assurer que le groupe, dans son intégralité, veut retourner en studio afin d'y enregistrer un nouveau disque (...) Nous ne pouvons pas nous contenter de jouer nos vieilles chansons encore et encore."

    On connait la suite.

    Cinq années quasi-ininterrompues de tournées et de festivals puis, la nouvelle, qui tombe comme un crève-coeur il y a quelques mois : Kim Deal, la bassiste mythique du groupe qui quitte le navire Pixies.

    C'est donc un groupe amputé d'un de ses membres historiques qui se présentera ce soir et demain (concert retransmis en direct) sur la scène mythiqu elle aussi de l'Olympia pour deux dates parisiennes exceptionnelles.

    Ca va faire du bruit.

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :