• Gros plan : JOHNNY (et ouais)

    Cette semaine est paru L'attente, le nouveau disque de notre Boss (toute chose relative par ailleurs).

    Vous vous en doutez, MBPR n'est pas le premier admirateur de l'ex idole des jeunes.

    Néanmoins, devant les avis dithyrambiques et le concert de louanges de la presse qui en suivit, j'ai voulu en avoir me faire mon propre avis.

    Petit rappel : après des déboires de santé qui ont failli plonger l'hexagone dans la déprime, notre Johnny national a voulu prendre (sic) un nouveau départ afin de relancer sa très longue carrière. Au menu, une nouvelle tournée (l'année dernière) et un nouveau disque, celui-ci donc.

    Cependant attention, après plus de 50 années de présence sur les cimes de la variété hexagonale, le chanteur n'est toujours pas capable de composer le moindre début de chanson, ni de jouer de la guitare en rythme (information vérifiée). Etonnant?

    Aussi, lorsque l'envie (d'avoir envie) lui prend d'un nouveau disque, l'artiste fait comme toutes celles et ceux  dont le frigo sonne le creux, se rendent chez leur traiteur le plus proche  : il passe commande.

    Ses fournisseurs variant d'un album à l'autre, c'est au tour cette fois (après Mathieu Chédid) de Miossec (qui n'a jamais caché son admiration pour Jojo) de s'y coller. Résultat : quatre contributions musicales et autant de textes sur les onze que cette galette contient.

    Johnny/Miossec, c'est un couple dans l'air du temps, qui rassemble et fédère. Un auteur classé chanson de qualité au service d'un monument de la variété , voilà une union qui sur le papier ne peut que séduire. Le marketing faisant le reste.

    L'attente alterne entre titres et morceaux de couleur rock sans lesquels Hallyday ne saurait certainement plus où il habite.

    Le premier titre éponyme est une ballade poignante sur le thème (jamais abordé LOL) du dépit amoureux. Il donne le ton de ce disque : mélo. 

    Hélas, la suite ne sera que déceptions à l'écoute de ces titres prévisibles.

    Les chansons s'enchainent mais l'attente, celle d'un frisson, demeure.

    Si l'organe mille fois reconnaissable de Johnny est toujours à l'avenant, les chansons que recèle ce disque ne possèdent qu'à de trop rares instants le souffle dont ce chanteur aurait certainement besoin.

    Malgré ma bonne volonté et une ouverture d'esprit, mon encéphalogramme est demeuré aussi plat que le pays de Jacques Brel, refusant de manifester le moindre mouvement à l'égard de ces chansons déjà entendues (Berger ou Goldman revenez).

    La faute à quoi? A une exigence de ma part trop élevée ? Ou à des gouts élitistes en matière de musique? 

    A moins, que concernant l'ami Jojo, j'ai l'impression quelque peu désagréable d'avoir à faire à un usurpateur qui, parfaitement entouré, a su mener sa carrière en la fondant sur deux éléments : un coffre hors du commun et un personnage de rocker aux yeux bleus qui émeut les français d'en bas.

    Une statue de Grand Commandeur du rock hexagonal qui ne convainc alors plus que ses adorateurs (ils sont nombreux).

    Pas de quoi en faire tout un plat.

     

     

     

     

     

    Non, non vous ne rêvez pas. Je nourris bel et bien le projet de vous entretenir au sujet de celui qui est un peu (toute chose relative par ailleurs) notre Boss à nous.

    Cette semaine est paru L'attente, le nouvel album de Johnny.

    Vous vous en doutez, je ne suis pas le premier admirateur de Mr (de son vrai nom) Smet, loin s'en faut.

    Cependant, devant le concert de louanges suivant cette dortie, j'ai voulu me faire mon propre avis et (surtout s'il n'est pas positif) vous en faire part.

    Rappel des faits : après des déboires de santé qui ont fait la une de tous les médias et une tournée qui s'en suivit où on l'a dit ressuscité, notre Johnny national a voulu prendre un nouveau départ, repartir avec un nouveau disque, le (!!!) quarante-huitième..

    Petit rappel : après plus de cinquante ans d'une carrière avant tout marquante par sa très grande longévité, JH n'est toujours pas capable de composer le moindre petit début d'une chanson, ni même de jouer de la guitare en rythme (info vérifiée).

    Alors, lorsque Mr Hallyday veut enregistrer un album, il passe donc commande... comme d'autres vont chez le traiteur lorsque le frigo est vide.

    Pour cet enième disque, le belge (naturalisé français) a donc fait appel à des noms d'artistes reconnus, ok pour ce projet,  et bénéficiant d'une certaine crédibilité.

    Après Matheiu Chedid la fois précédente, c'est au tour du breton Miossec (qui n'a jamais caché son attachement pour JH)  qui s'y est collé. Résultat : quatre contributions comme autant de chansons sur les onze que contient cette galette.

    Johnny/Miossec, c'est un couple qui rassemble, forcément. Un auteur compositeur classé chanson rock qui écrit pour un vieux routier de la variété hexagonale, voilà qui ne peut que faire un carton dans les ventes d'albums. Le marketing fera le reste.

    Avec cet attelage complémentaire, L'attente est donc bien née. Ouf, l'industrie du disque respire.

    Le premier titre éponyme, une ballade mélancolique sur un thème encore jamais (LOL) abordé par Jojo, le dépit amoureux, donne le ton de l'album.

    L'attente alterne chansons calmes (signées sans doute du breton) et des morceaux de rock-blues, sans lesquels Mr Smet ne saurait plus où il habite.

    Vous devinez la suite. Malgré une volonté et une très grande (re LoL) ouverture d'esprit à l'encontre de l'idole des jaunes, mon cerveau ne réagit pas. Je reste immanquablement à quai.

    La faute (mea culpe) sans doute à un niveau d'exigence trop élevé, à des gouts élitistes.

    A moins, que depuis des années j'ai l'impression cocnerant le cas JH d'avoir à faire à une énorme escroquerie, un usurpateur qui, très bien entouré, a su parfaitement mener sa carrière à partir de deux élements déterminants : une capacité vocale hors du commun et un personnage de rocker aux yeux bleus qui émeut les français d'en bas.

    Pauvre France.

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :