• Gros plan : CAKE

     

    Si certains groupes n'existaient pas il faudrait certainement les inventer

    Car enfin quelle est la raison ultime de cette passion déraisonnée pour cette musique que je défends becs et ongles?

    Evidemment la quête du frisson, celle du plaisir d'entendre (un peu avant tout le monde) un son unique qui vous fait vous sentir un peu privilégié

    Dans cette optique, Cake a tout du compagnon de route idéal

    Avec leur musique fraiche et hybride (sorte de mélange de pop, de rock, de soul, de funk)  les californiens ont réussi à imposer leur griffe et leur style nonchalant estampillé "cool"

    Révélés en 1996 avec le disque Fashion nuggets (et notammen leur cover de l'hymne "I will survive"), les américains étaient quelque peu rentrés dans le rang depuis, ne sortant que des albums poussifs

    C'est donc sans grand enthousiasme que je me préparais à jeter une oreille en direction de ce nouvel opus de cette formation qui n'est pas du genre à vouloir tout révolutionner ni à se réinventer

    "Federal finding" le premier titre du nouvel opus Showroom of compassion n'aurait d'ailleurs pas déparé sur Fashion nuggets tant son riff évoque le tube "The distance"

    Les morceaux s'enchainent... "Long time" et sa basse bondissante,  "Got to move" et son gimmick rigolo de guitare

    Rien à changé, Cake fait toujours du Cake

    Pas un titre qui ne ressemble à un autre.. Cake surprend, tout en demeurant dans le registre qu'on lui connait, celui d'une pop colorée low-fi qui donne envie d'inviter ses amis à boire de la bière toute la nuit en écoutant leurs albums

    Ca groove, ça cuivre à tout-va, ça low-fi...  bref c'est frais et très agréable à l'oreille

    Après une pause instrumentale (qui aurait pu être écrite par Calexico) nous voilà reparti de plus belle avec "Sick of you", toutes guitares dehors Yeah !

    Même cocktail de riffs accrocheurs, de refrains pop imparables et de changements rythmes déconcertants

    Ces gars-là osent tout... avec un talent indéniable et une élégance qui en devient presque irritante (et out sans jamais se prendre au sérieu)

    "Bound way" rend brillament hommage à la musique folk traditionnelle avec pedal-steel et accents country au menu. Dépaysement assuré

    The winter", avant-dernier titre du disque est une chanson pop au style très liverpudlien (Beatles) et le morceau de fin est quantà lui une ballade que doit sans doute chantonner sous sa douche le dude Lebowski s'il existe

    Un titre un petit ton en dessous cependant

    Au final, Showroom of compassion est un très bon album et une belle surprise de la part d'une formation dont je n'attendais pourtant plus grand chose

    Epatant

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :