• Gros plan : ATOMS FOR PEACE

     

     

     

    Prenez un chanteur parmi les meilleurs de sa génération, ajoutez-y un producteur star des années 90 (Nigel Godrich), adjoignez-leurs un bassiste culte (Flea), un batteur expérimenté (Joey Wroncker officiant Chez REM) et vous obtiendrez Atoms for Peace, le nouveau super-groupe-de-la-mort-qui-tue.

    Sur le papier, cette formation a tout de la dream-team.

    Le buzz Atoms For Peace ayant été savament entretenu par les intéressés au cours des mois qui ont précédé cet hiver, l'heure est venue cette fois de juger le groupe sur pièce puisqu'aujourd'hui débarque dans les bacs leur premier opus intitulé Amok.

    Un coup d'oeil à la jaquette (des motifs graphiques épurés en noir et blanc) et nous voilà plongés dans l'univers electro de AFP, ce nouveau venu sur la scène pop/rock.

    Le moins que l'on puisse dire est qu'Amok ne sera pas le disque de l'année.

    Après plusieurs écoutes, j'ai même encore un mal fou à retenir le moindre morceau ou la moindre bribe de mélodie qui accroche mes oreilles.

    Dense (c'est à dire chargé), dark et majoritairement electro (mais pas que), cet album ne surprend guère et ne révolutionne rien. En cela il me parait dispensable.

    Il y a bien ça et là des moments plus inspirés que d'autres (ceux sur lesquels la basse de Flea se fait entendre notamment) mais l'ensemble est globalement décevant, moyen, sans grand relief.

    Si vous avez aimé le dernier Radiohead (ou The Eraser, l'album solo de Yorke) vous adorerez Atoms For Peace.

    Pour les autres, la meilleure idée serait encore de passer votre chemin.

    A l'écoute de cette nouvelle production, j'avoue être assez perplexe quant à l'évolution musicale de Thom Yorke et par ricochet, quant à celle de Radiohead, le groupe phare de son époque.

    Depuis plusieurs années, le quintet d'Oxford n'a pas sorti grand chose de créatif.

    Cette galette d'Atoms For Peace ne viendra pas s'ajouter dans la colonne des + pour ce qui est des récentes productions de Yorke and co et par conséquent ne viendra pas infirmer mon opinion quant à cette épineuse question du devenir de tête de radio. 

    Allez, je vous laisse, je retourne écouter Ok Computer.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :