• GRINDERMAN : la fin

     

     

     

     

    Cela ne devait être qu'une aimable récréation et puis, de fil en aiguille, le side-project de l'australien Nick Cave est devenu son principal, un band-project culte, objet de tous les fantasmes de la part des indie kids.

    Hélas, les meilleures choses ont une fin.

    C'est aussi le cas pour Grinderman.

    Samedi dernier, Nick Cave a conclue son concert au Meredith Music Festival de Melbourne par ses mots : "This is the last for Grinderman. It's all over now. See you in like... ten years, something like that. When we will be even older and uglier. Good night" (soit "C'est la fin de Grinderman. C'est fini maintenant. Rendez-vous dans à peu près... 10 ans, quand on sera encore plus vieux et moches. Bonne nuit!").

    Sacré Nick!

    Finies donc les détonations sonores dont ce combo nous gratifiait régulièrement sur ses deux albums (parus en 2007 et 2010).

    Fini aussi ce blues (à moustache) déglingué et apocalyptique dont Grinderman était le dépositaire.

    Heureusement, le Nick Cave n'a pas encore tiré sa révérence et reviendra sans doute très vite, accompagné de ses inséparables Bad Seeds.

    Qui s'en plaindra ?

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :