• COCOON réchauffe l'hiver

    Des baleines en peluche, des pandas et des chats vivant dans la forêt, ça ne fait pas très sérieux

    Depuis leurs débuts, Cocoon nous a habitué à son univers poétique et un brin désuet

    Mark et Morgane (qui composent Cocoon) sont un peu les Angus et Julia Stone de chez nous, des jeunes gens bien sous tous rapport et un brin rêveurs

    On n'y coupe encore pas cette fois-ci puisque pour illustrer leur second album, le très beau Where the oceans end, on a cette fois droit à une baleine volante en forme de nuage

    Mais s'arrêter à ce trait quelque peu neuneu de l'univers de ces deux-là serait dommage

    Pourtant le talent lui, est bien là

    Il suffit de jeter une oreille en direction de cette nouvelle galette pour s'en convaincre

    Douze chansons d'une grande luminosité, comme autant de rayons de soleil donnant envie d'hiberner au son de cette douce mélancolie

    Oui c'est beau, c'est même parfois à pleurer (Sea lion II, Baby seal)

    Tout commence (en douceur) avec le titre "Sushi", ses arpèges enchanteurs et ses cordes qui rappellent l'univers des Tindersticks

    "Comets" qui suit est, quant à lui, le petit frère de Chupee sur le premier LP , le côté catchy en plus

    Avec un son low-fi et une instrumentation très sobre (malgré l'ajout d'un piano et de cordes ici et là), le duo nous entraîne dans son univers poétique et mélancolique

    Certes, la musique de Coocon n'est pas d'une originalité folle. Elle a été apprise chez les grands tels Nick Drake ou Simon and Garfunkel

    Mais voir dans leur art juste une simple copie serait réducteur

    Il y a de la vie chez Cocoon, une poésie et une tendresse mêlée à un sentiment d'espoir (ah ce ukulélé) qui fait qu'on y retourne (et puis rien que pour la jaquette magnifique cette galette vaut qu'on l'achète)

    Le premier opus My friends all died in a plain crash avait révélé deux artistes attachants, un peu cul-cul par moment mais au demeurant sympathiques

    Ce second disque confirme toutes les promesses de ce disque et même au delà

    Sans changer un iota à leur formule (cotonneuse) gagnante , les deux musiciens affinent le propos et livrent un disque d'une beauté renversante

    D'ailleurs Mark et Morgane seraient américains qu'on dirait sans doute d'eux qu'ils sont des petits génies

    Mais les Cocoon sont français, pas très glamour et viennent de Clermont-Ferrand

    Tant pis pour les autres

    Tant mieux pour nous

    Un chouette disque, un groupe qui l'est tout autant et des chansons pour rêver et contempler le ciel de novembre

     

    MBPR

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :