•                     BONNE ANNEE 2018

     

     

                 Je vous souhaite à toutes et à tous une merveilleuse et musicale année !

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •                

     

     

     

                  

     

     

    La fin d'année fut fructueuse avec notamment deux come-back fort attendus: celui de notre Etienne national d'abord, de retour avec un disque très brut enregistré à Londres sous influences étonnamment rock et celui des toujours présents U2, éternels.

    Deux bons disques qui m'ont accompagné au cours de ces derniers jours de l'année 2017.

     

     

     


    votre commentaire
  • Pour combattre et vaincre le blues de la rentrée de septembre, rien de tel qu'un album des new-yorkais de The National. Ou pas.

    La bande à Matt Berninger n'en est plus à son coup d'essai. Sleep Well Beast paru lors de la première semaine de septembre n'a pas provoqué de révolution chez ce groupe très apprécie des indie fans. Désormais sûrs de leur force, le combo américain l'a joué à sa main. Une constance qui ne peut qu'impressionner... 

    Moins évident semblait être le come-back des anglais de The Clientele, une formation londonienne trop peu en vue, leur pop raffinée au doux parfum suranné étant trop éloignée des modes pour créer le buzz. 

    Leur huitième album intitulé Music for the Age of Miracles est très bon.

     

     

                   

     

     

                    

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • En juillet, on attendait avec impatience le retour discographique des canadiens Arcade Fire, absentq des bacs odepuis plus de quatre années. 

    Et .. patatras! La grosses déception. Probablement celle de l'année.

    Passée aux mains de producteurs (Thomas Bangalter) hype , la troupe canadienne y a laissé sa légendaire incandescence. Dommage.

    Entre temps, le collectif Broken Social Scene, également originaire de Montréal était revenu aux affaires avecc un épatant sixième album.

    Une manière de démontrer la très grande vitalité de' la scène montréalaise.

     

                    

     

     

                       

     

     

    .

     


    votre commentaire
  • Le printemps battait son plein lorsque l'actualité indie fut accaparée par deux come-back inespérés: 

    ceux de Slowdive et de Ride, deux groupes cultes pour les amateurs de shoegaze et de musique aux accents planants.

    Plus de 20 années après la fin de leurs activités en 1995, ces deux formations prestigieuses effectuaient leur come-back discographique avec deux albums au doux parfum de la nostalgie de ces années d'avant la brit pop, d'avant le grunge et Nirvana.

     

                 

     

     

     

                    

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique