• 20 ans de NIRVANA Unplugged

     

     

    Déjà vingt années.

    Tout a déjà été dit et écrit sur le trio américain ainsi que sur son défunt leader, le regretté Kurt Cobain.

    Fer de lance d'un nouveau mouvement musical (le grunge) icône et porte-parole (à son corps défendant) de toute une génération, représentant intègre et sincère de tous les anti-héros que cette Terre compte, Nirvana était davantage qu'un groupe, un symbole et un signe de ralliement pour toute une frange de la population.

    Lorsque la chaîne de télévision MTV propose au groupe de participer à son émission Unplugged  (dont le concept est alors en perte de vitesse), le trio est alors au fait de sa popularité (bien que les ventes de son album In Utéro dont les ventes s'avèrent très inférieures à celles de l'ouragan Nevermind).

    Pour la chaine de télévision, c'est un coup très risqué : Nirvana sans le son (électrique) qui va avec (et que les clips diffusent à longueur de journée) c'est quasiment une hérésie.

    Pour Nirvana il s'agit avec ce programme de se débarasser de l'encombrante étiquette de groupe bruyant bas-du-front qui lui colle aux basques et de se faire reconnaitre comme formation exigeante sur le plan de l'écriture.

    Joueur, le groupe accepte le défi, le deal étant qu'il jouera selon ses propres règles.

    C'est à dire : choix (non négociable) des titres, du décor et des artistes invités.

    Ce sera Nirvana mis à nu et non Nirvana à la sauce MTV selon ce qu'envisageait la chaine.

    La pilule est difficile à avaler pour les dirigeants qui voient d'un mauvais oeil la présence sur le plateau d'artistes issus du monde underground (MTV avait suggéré à Cobain d'inviter Eddi Vedder et Tori Amos) et regrettent la volonté du groupe de ne pas jouer ses tubes.

    Les relations sont dès lors très tendues entre le trio et MTV, au point où Cobain décidera à plusieurs reprises d'annuler l'enregistrement du programme.

    Finalement, après plusieurs phases de négociations, le chanteur arrivera bien le jour J, dans un état de nervosité patent et sous l'emprise manifeste de drogues.

    On connait la suite.

    Vêtu d'un simple gilet de laine, animé d'une rage intérieure, Kurt Cobain et Nirvana, dans un décor quasi-funèbre (choisi sur ses conseils), joueront un set acoustique d'une pureté et d'une force incroyable, renforcé par la présence d'une violoncelliste prouvant ainsi à tous les spectateurs de la chaine ainsi qu'à ses détracteurs, qu'il était bien plus qu'un simple groupe de punk-rock.

    Un moment d'histoire du rock.

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    souris modest
    Dimanche 2 Novembre 2014 à 11:39
    un seul mot
    PEPITE !!
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :